Accueil Santé & Bien-être Maladie

AVC chez les personnes âgées : quels sont les symptômes d’un accident vasculaire cérébral chez les seniors et comment intervenir ?

8817
0
Accidents vasculaires cérébraux

L’accident vasculaire cérébral, dit « AVC », est l’arrêt brusque de la circulation sanguine vers ou dans le cerveau. Il est parmi les principales causes d’invalidité, de démence et de mortalité chez les personnes âgées. D’ailleurs, ces derniers sont les plus touchées, vu que les ¾ des cas impliquent une personne de plus de 60 ans.

Dans ce sens, connaître les symptômes et les signes avant-coureurs de l’AVC est salutaire pour les seniors. Les plus fréquents sont les douleurs thoraciques, la difficulté à parler correctement et la paralysie d’un ou plusieurs membres sans raisons préalables et de façon brusque.

Face aux symptômes les plus graves, l’intervention immédiate peut sauver la vie de la personne atteinte. Pour cela, il est important de connaître les gestes médicaux utiles pour intervenir et éviter un mauvais scénario.

Quels sont les signes annonciateurs de l’AVC et les réflexes à adopter qui sauvent les seniors victimes ? Le Magazine Santé de « Mutuelles-Comparateur.fr » vous présente des réponses simples et concises dans ce qui suit.

AVC chez les personnes âgées : quelles en sont les causes et comment reconnaître ses symptômes avant-coureurs ?

L’AVC représente un danger sournois pour les seniors, mais aussi les moins âgées. Il survient quand un caillot de sang ou de graisse vient empêcher la vascularisation du système cérébral, dans 80% des cas. Pour le reste des personnes atteintes, l’accident est provoqué souvent par une hémorragie au niveau du cerveau.

Les symptômes et les signes d’alerte les plus courants d’un AVC sont :

  • Les troubles de la parole : difficultés de s’exprimer voire même d’articuler des simples mots.
  • La déformation des traits du visage : constatée surtout au niveau de la mâchoire, des lèvres et des yeux.
  • La perte ou la dégradation brusque de l’un des 5 sens : une vue floue, l’incapacité de sentir le chaud ou le froid au touché, etc. sont des symptômes alarmants révélateurs d’un AVC.
  • La paralysie partielle ou totale du corps : ce symptôme est considéré comme un stade avancé avec des effets persistants (tout dépend de la gravité de l’affection).

Toutefois, d’autres symptômes camouflés et imprévisibles, que la majorité des seniors ignorent peuvent se manifester avant un accident vasculaire cérébral. À titre d’exemple, il est possible de citer :

  • Des douleurs thoraciques légères
  • Des piques au niveau du cœur
  • Une fatigue chronique
  • Une perte soudaine d’équilibre
  • Des moments d’inconscience temporaires
  • les troubles de sommeil et même des mauvais rêves

L’intervention chirurgicale est évitable, tant que ces symptômes annonciateurs d’AVC sont détectés au début de la formation des caillots sanguins. Le traitement consiste à prendre des médicaments (anticoagulants) et faire des séances de réadaptation physique par la suite.

AVC et personnes âgées : comment réagir face à une personne victime d’un accident vasculaire cérébral ?

Dans le cas de constatation des symptômes susmentionnés, demandez à la personne victime les 3 gestes suivants afin de diagnostiquer un AVC ou autre accident :

  • Sourire pour détecter les déformations du visage, des yeux, des joues ou de la bouche.
  • Prononcer une phrase simple d’une façon rapide ou répétitive.
  • Lever les deux bras et voir s’il y en a des douleurs thoraciques ou des difficultés à respirer.

Si vous constatez que tous les signes d’AVC sont présents, appelez le 15 dans l’immédiat, une admission hospitalière est recommandée pour intervenir et éviter d’éventuelles séquelles. N’oubliez-pas, se munir d’une bonne mutuelle senior est primordial afin de couvrir les séjours hospitaliers après un AVC, les honoraires des chirurgiens et même les séances de réadaptation chez le kinésithérapeute.

AVC chez les personnes âgées : quels sont ses types et comment se déroule les séances pour traiter les séquelles ?

Il est bien de savoir que la médecine distingue actuellement 2 types d’accidents vasculaires cérébraux :

  • L’AVC transitoire : il est le plus fréquent et peut durer de 30 minutes à quelques heures. Dans ce cas, la consultation d’un médecin voire un cardiologue est indispensable pour évaluer la gravité de l’accident et les médicaments à utiliser.
  • L’AVC constitué : à caractère chronique, il prend des mois et la récupération définitive n’est pas assurée. Pour le traiter, une intervention chirurgicale peut être programmée avec des séances de rééducation fonctionnelle pour réduire les séquelles.

Afin de vous informer sur le déroulement de la rééducation post-AVC, consultez la vidéo suivante :

La prise en charge de l’AVC est en premier lieu médicale. Toutefois, l’encadrement social (aides financières, matérielles, etc.) et le soutien psychologique sont importants pour soulager la personne atteinte. Lors du retour à domicile, les proches de la victime sont menés à évaluer ses nouveaux besoins (aménagement du foyer, aide à domicile, assistance en ligne, téléconsultation, etc.) surtout pour les personnes qui dépassent les 70 ans.

AVC : vers des traitements plus efficaces dans le moyen terme

Le traitement essentiel de l’AVC est la fibrinolytique. Cette intervention consiste à détruire le caillot venu obstruer l’artère cérébrale. Elle se fait souvent dès l’apparition des premiers symptômes ou quelques heures plus tard.

Toutefois, des chercheurs de la société européenne de cardiologie sont en cours de développer un nouveau test sanguin « spécial AVC et infarctus ». Ce dernier agit d’une façon précoce en détectant la formation de caillots dans le sang avant qu’ils puissent bloquer les artères cérébraux. C’est une économie de temps et d’argent, bénéfique à tous (médecins et patients).

Une telle avancée médicale peut sauver des vies surtout avec la mise en place d’une application mobile capable de suivre les résultats de ce test sanguin en temps réel.

4.7/5 - (18 votes)