Accueil Santé & Bien-être Bien-vieillir

Personne âgée agressive : que faire pour gérer un senior offensif ou violent et quels traitements respectueux permettent de le calmer ?

8177
0
Personne âgée agressive

L’agressivité est un comportement qui peut être difficile à vivre pour les proches et les soignants des personnes âgées. Il peut s’agir de paroles blessantes, de gestes violents, de refus de coopérer ou de respecter les règles. L’agressivité chez les seniors peut avoir plusieurs causes, comme la douleur, la frustration, la peur, la dépression ou la démence.

À cet effet, il est important de comprendre ce qui déclenche le comportement agressif chez la personne âgée et d’adapter sa communication et son attitude en conséquence.

Le Magazine senior de « Mutuelles-comparateur.fr » vous explique que faire pour traiter et calmer une personne âgée agressive et énumère les traitements possibles capables d’atténuer une attitude offensive chez les sexagénaires.

Personne âgée agressive : comment la gérer et quels sont les traitements possibles en cas d’aggravation ?

Face à l’agressivité chez les personnes âgées, il est important de garder son calme et de ne pas entrer dans un rapport de force. Il faut essayer de comprendre les causes et les besoins sous-jacents à ce comportement, et d’y répondre avec bienveillance et empathie.

Voici quelques conseils pour gérer un senior souvent agressif de manière respectueuse et efficace :

  • Restez calme et ne répondez pas à l’agressivité par la colère ou la violence. Gardez une voix douce et un langage corporel apaisant. Ne prenez pas les insultes ou les menaces personnellement, elles sont souvent le reflet de la souffrance de la personne âgée.
  • Essayez de comprendre ce qui déclenche l’attitude de méchanceté ou de violence. Est-ce une situation particulière, un besoin non satisfait, une peur ou une frustration ? Posez des questions ouvertes et écoutez attentivement le senior. Montrez-lui que vous vous souciez de son bien-être et que vous voulez l’aider.
  • Proposez des solutions adaptées au problème. Par exemple, si la personne âgée est agressive parce qu’elle a faim, offrez-lui quelque chose à manger. Si elle s’ennuie, proposez-lui une activité qui l’intéresse. Si elle se sent seule, passez du temps avec elle ou appelez un proche.
  • Respectez les limites de la personne âgée. Ne la forcez pas à faire quelque chose qu’elle ne veut pas faire, sauf si c’est pour sa sécurité ou sa santé. Respectez son intimité et son autonomie. Ne la jugez pas ni ne la critiquez pas. Ne lui imposez pas votre point de vue ou vos valeurs.
  • Demandez de l’aide si nécessaire. Si vous vous sentez dépassé par l’agressivité, n’hésitez pas à solliciter l’aide d’un autre membre de la famille, d’un ami, d’un professionnel de santé ou d’une association spécialisée.

Il existe d’autres stratégies pour désamorcer les crises d’agressivité et d’angoisse, comme proposer à la personne un tête-à-tête dans un endroit calme, lui rappeler des souvenirs agréables ou lui jouer de la musique douce.

Si le cas est beaucoup plus complexe ou que vous jugez que le comportement de la personne en question devient insupportable, découvrez, dans ce qui suit, l’approche médicale nécessaire pour éviter les mauvais scénarios.

Personne âgée agressive : y-a-t-il un traitement médical si l’attitude de méchanceté ou de violence devient menaçante ?

Si l’agressivité persiste ou devient dangereuse pour le senior lui-même ou pour son entourage, il peut être nécessaire de :

  • Consulter un médecin qui pourra évaluer son état de santé et éventuellement lui prescrire un traitement médical adapté. Il peut vous orienter vers un psychiatre s’il s’agit d’un trouble comportementale imminant. Les psychotropes, comme les neuroleptiques ou les benzodiazépines, doivent être utilisés avec prudence et parcimonie chez les sexagénaires, car ils peuvent avoir des effets secondaires indésirables, comme la somnolence, les chutes à domicile ou l’aggravation de la confusion.
  • Visiter un psychologue qui peut aider à déceler les causes de l’agressivité en appliquant des techniques de communication adaptée à l’état de la personne offensive. Le praticien peut adopter la thérapie cognitive comportementale (TCC) pour résoudre les attitudes de méchanceté ou de violence et calmer petit à petit le patient dans sa vie quotidienne.

Pourquoi une personne âgée devient agressive, méchante, agitée ou violente ?

L’agressivité chez les personnes âgées est un comportement qui peut être difficile à comprendre et à gérer pour les proches et les soignants. Il existe plusieurs causes possibles à ce phénomène, qui peuvent être d’ordre physique, psychologique ou environnemental.
Voici quelques éléments de réponse pour mieux appréhender l’attitude méchante ou violente chez les seniors pour savoir comment réagir :

Causes physiques de l’agressivité chez les seniors
L’agressivité peut être le signe d’une souffrance physique. En effet, certaines maladies ou troubles peuvent entraîner des douleurs, des frustrations, des angoisses ou des perturbations cognitives qui rendent la personne plus irritable et moins tolérante.
Les troubles neurodégénératifs, comme la maladie d’Alzheimer ou la démence, qui affectent la mémoire, le langage, le raisonnement et le comportement de la personne. L’agressivité peut être une réaction face à la perte de repères, à la confusion ou à la peur.
Les troubles psychiatriques, comme la dépression, l’anxiété, la schizophrénie ou le trouble bipolaire, qui altèrent l’humeur, le jugement et la perception de la réalité de la personne. Les actes violents ou méchants peuvent être une manifestation de la colère, de la tristesse ou du désespoir.
Les troubles sensoriels, comme la baisse de la vue ou de l’audition, qui diminuent les capacités de communication et d’interaction de la personne. Une attitude agressive peut être une expression de l’isolement, de l’incompréhension ou du rejet.
Les troubles métaboliques, comme le diabète, l’hypothyroïdie ou l’insuffisance rénale, qui perturbent le fonctionnement de l’organisme et peuvent provoquer des symptômes comme la fatigue, la faim, la soif ou les nausées. Le comportement violent peut être une conséquence du mal-être physique ou du manque de contrôle.
Les effets secondaires des médicaments, qui peuvent avoir un impact sur le système nerveux central et modifier l’état émotionnel ou mental de la personne. L’agressivité peut être simplement une réaction indésirable à certains traitements.

L’agressivité peut aussi être le reflet d’un malaise psychologique chez la personne âgée. En effet, le vieillissement s’accompagne souvent de changements importants dans la vie de la personne, qui peuvent être une source de stress, de frustration ou de dévalorisation :

Les causes psychologiques de l’agressivité chez les seniors
La perte d’autonomie, qui oblige la personne à dépendre des autres pour accomplir les gestes du quotidien ou pour prendre des décisions. Être agressif est une façon de revendiquer sa liberté, son identité ou sa dignité.
La perte de rôle social, qui résulte du départ à la retraite, du décès du conjoint ou des amis, ou de l’éloignement des enfants. Ça peut être un moyen de se faire remarquer ou d’être respecté.
La perte d’estime de soi, qui découle du vieillissement physique, du sentiment d’inutilité ou du manque de reconnaissance. Agresser les autres est parfois une défense contre le sentiment d’infériorité, d’échec ou de honte.
La peur de la mort, qui s’intensifie avec l’avancée en âge et qui peut générer des angoisses existentielles. La violence et les insultes peuvent être une révolte contre le destin ou même Dieu.

Les crises d’anxiété ou d’agressivité sont souvent influencées par les conditions environnementales dans lesquelles vit la personne âgée. En effet, certains facteurs externes peuvent créer un climat propice à l’irritation, à la frustration ou à la violence :

Causes environnementales de l’agressivité chez les seniors
Le bruit, qui peut être source de stress, de fatigue ou de nervosité pour la personne âgée, surtout si elle a des troubles auditifs. Un comportement violent peut être une demande de calme, de respect ou de tranquillité.
La chaleur, qui peut provoquer une déshydratation, une hypotension ou une confusion chez la personne âgée, surtout si elle a des troubles cardiaques ou rénaux.
Le manque d’intimité, qui peut être vécu comme une intrusion, une violation ou une humiliation par la personne âgée, surtout si elle partage sa chambre ou sa salle de bain avec d’autres résidents. La méchanceté est peut-être une revendication d’espace, de confort ou d’intimité.
Le manque d’activités, qui peut entraîner un ennui, une apathie ou une dépression chez la personne âgée, surtout si elle n’a pas de loisirs, de hobbies ou de projets. L’agressivité se manifeste comme une demande d’animation, de stimulation ou d’épanouissement.
4.9/5 - (10 votes)