Accueil Santé & Bien-être Bien-vieillir

Villes accessibles aux handicapés : quel est le classement des métropoles les plus adaptées à la mobilité réduite et comment choisir un milieu urbain adéquat pour les invalides ?

7524
1
Adapter les villes aux seniors

Certaines villes françaises sont plus accessibles aux handicapés et aux personnes âgées à mobilité réduite. C’est le cas de Nantes, Strasbourg ou Montpelier qui investissent le plus dans l’infrastructure adaptée aux fauteuils roulants ou toute autre forme d’invalidité.

Si vous cherchez une destination de séjour permanant ou de vacances qui respecte vos besoins de mobilité réduite, le Magazine Santé vous invite à découvrir le classement des meilleures villes qui se distinguent par leurs politiques d’accessibilité.

Que vous soyez en fauteuil roulant, malvoyant, malentendant ou avec un handicap mental, vous trouverez dans ces villes des infrastructures, des services et des activités adaptés à vos besoins et à vos envies.

TOP 5 des villes accessibles aux handicapés et personnes âgées à mobilité réduite

Les villes accessibles aux personnes handicapées ou âgées ne cessent d’augmenter en concordance avec le vieillissement de la population. D’ailleurs, un fauteuil roulant ou des béquilles ne doivent pas être des empêchements pour se déplacer et bien-vieillir au quotidien.

À ce titre, voici les villes les plus accessibles aux handicapés et les mieux aménagées :

  • Nantes : avec son label « Destination pour tous », cette ville est récompensée pour ses efforts pour rendre son centre-ville, ses transports, ses hébergements, ses sites touristiques et ses événements accessibles aux personnes handicapées. Nantes propose notamment des visites guidées adaptées aux différents types de handicap, des audioguides en langue des signes, des boucles magnétiques dans les lieux publics, des places de stationnement réservées, des trottoirs abaissés, etc.
    → Vous pourrez ainsi profiter du charme du château des ducs de Bretagne, du passage Pommeraye, du jardin des plantes, du musée d’arts ou encore des machines de l’île.
  • Strasbourg : depuis un moment, la ville s’est engagée à rendre son patrimoine, ses équipements et ses services accessibles aux personnes handicapées. Strasbourg dispose notamment d’un réseau de transports en commun adapté, avec des bus, des tramways et des navettes accessibles aux personnes en fauteuil roulant, des annonces sonores et visuelles, des plans tactiles, etc.
    → Vous pourrez découvrir la cathédrale Notre-Dame, le quartier de la Petite France, le palais Rohan, le parc de l’Orangerie ou encore le musée alsacien.
  • Bordeaux : classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, la ville a mis en place une politique volontariste pour rendre son centre historique, ses espaces verts, ses équipements culturels et sportifs accessibles aux personnes handicapées. Bordeaux propose notamment des visites guidées adaptées aux différents types de handicap, des documents en braille ou en gros caractères, des audioguides avec transcription écrite ou en langue des signes, des boucles magnétiques dans les lieux publics, etc.
    → Vous pourrez admirer la place de la Bourse, le grand théâtre, le miroir d’eau, le jardin public ou encore le musée du vin.
  • Montpellier : elle a développé une offre touristique adaptée aux personnes handicapées, avec des hébergements labellisés « Tourisme et Handicap », des transports en commun accessibles, des sites touristiques équipés de dispositifs adaptés, etc.
    → Vous pourrez visiter la place de la Comédie, l’arc de triomphe, le jardin des plantes, le musée Fabre ou encore l’aquarium Mare Nostrum.
  • Lyon : c’est une ville chargée d’histoire, de culture et de gastronomie qui a également reçu le label  » Destination pour tous  » en 2020. La ville a fait de l’accessibilité une priorité, avec un réseau de transports en commun adapté, des hébergements labellisés « Tourisme et Handicap », des sites touristiques équipés de dispositifs adaptés, etc.
    → Vous découvrez ainsi la basilique Notre-Dame de Fourvière, le vieux Lyon, le parc de la Tête d’Or, le musée des Confluences ou encore les bouchons lyonnais.

L’accessibilité est un enjeu majeur pour les personnes en situation de handicap, qui représentent environ 12% de la population française. Pourtant, de nombreuses villes ne sont pas adaptées à leurs besoins ce qui limitent leur autonomie, leur mobilité et leur participation sociale.

À cet effet, il faut penser à l’accessibilité de manière globale, en prenant en compte tous les types de handicap (moteur, visuel, auditif, mental, cognitif, psychique) et tous les domaines de la vie quotidienne (logement, transport, éducation, culture, loisirs, santé, emploi, etc.).

Il ne s’agit pas seulement de respecter les normes techniques, mais aussi de favoriser la participation des personnes handicapées dans la société. Il faut les impliquer dans la conception et l’évaluation des projets d’accessibilité urbaine, en les associant aux processus de décision et en tenant compte de leurs besoins, de leurs attentes et de leurs expériences.

Anecdote : la ville de Barcelone a développé une application mobile qui permet aux personnes aveugles ou malvoyantes de se déplacer dans la ville grâce à des balises sonores.

Quels sont les facteurs qui rendent certaines villes mal adaptées aux profils handicapés ?

Le Magazine santé des seniors a interrogé une dizaine de personnes âgées à mobilité réduite dans plusieurs régions française sur les aspects d’accessibilité dans leurs villes. La majorité des personnes affirment :

  • Le manque d’affichage ou d’informations sur les emplacements des bancs dans les espaces verts, pour pouvoir se reposer lors d’une activité physique ou des excursions dans les coins de la ville.
  • Les marches des autobus qui sont trop hautes pour pouvoir monter. Elles augmentent le risque de chutes chez les personnes âgées.
  • La construction de ponts-piéton et passerelles qui sont très hauts ou difficile à atteindre pour une personne à mobilité réduite.
  • La traversée des rues devient risquée, surtout qu’il est plus difficile de s’apercevoir des voitures qui viennent (les moteurs et les voitures électriques font beaucoup moins de bruit). Le cas est plus grave avec les personnes en fauteuil roulant.
  • L’absence des moyens pour signaler rapidement le malaise d’un senior en pleine rue surtout qu’il est rare de porter son portable (cela concerne les plus de 75 ans).
  • Le bruit et la pollution sonore qui prend de l’ampleur. Pire encore, les résidents dans les périphéries se plaignent du bruit des autoroutes et des aéroports proches de leurs résidences, se reposer, dormir ou faire la sieste devient compliqué.

D’après les besoins évoqués par les seniors interrogés, plusieurs villes sont encore loin de présenter des solutions pour tous les besoins de la communauté invalides ou à mobilité réduite.

C’est le moment sensibiliser et former les acteurs publics et privés à l’accessibilité, en leur donnant les outils et les compétences nécessaires pour la mettre en œuvre.

Villes adaptées aux personnes âgées : comment les seniors peuvent-ils contribuer à la métamorphose de leurs villes ?

Le dicton dit « On n’est jamais si bien servi que par soi-même ». Dans ce cas, qu’est-il mieux que seniors contribuent à la transformation de leurs villes. Il est à se rappeler que ces derniers ont plusieurs atouts :

  • Se sont de meilleurs bricoleurs que les jeunes d’aujourd’hui
  • Ils connaissent leurs besoins mieux que l’entourage
  • Ils ont du temps libre et les ressources nécessaires pour faire du bénévolat (du moins un grand nombre d’entre eux)

Ainsi, voici comment contribuer efficacement depuis votre domicile ou votre maison de retraite :

  • Planifier des réunions avec les seniors pour discuter des besoins et trouvez des solutions pas coûteuses et facilement réalisables
  • Accueillir les représentants seniors d’autres maisons de retraite de la même commune pour établir un plan d’action sur la ville
  • Demander aux responsables de l’institut de résidence de changer le type d’activités ; au lieu du scrabble, préparer un petit atelier pour fabriquer des bancs, des marches pieds, des rampes à visser le long des chemins les plus parcourus pour réduire le besoin d’accompagnement de personnes âgées, des panneaux de signalisation pour indiquer la présence de seniors qui traversent la rue, etc.
  • Demander à la mairie de fixer le plan détaillé de la ville sur des panneaux assez grands (lisibles pour des seniors).
  • Désigner un représentant de l’assemblé des seniors qui prend la responsabilité de proposer les innovations à la mairie.

Transformer une ville demande de l’effort collectif et la bonne forme. Dans ce cas, pensez à avoir une mutuelle senior efficace qui rembourse vos besoins spécifiques de mobilité réduite. Demandez vos devis instantanés sur « Mutuelles-comparateur.fr » et comparez des propositions adaptées.

4/5 - (7 votes)

1 COMMENTAIRE

  1. J’espère que toutes les municipalités suivent ce modèle, je le trouve super-utile pour donner plus de confiance et sécurité à nos grands parents

Comments are closed.